Pourquoi les hommes ont-ils des tétons? Théorie et pratique

 » Adam avait-il un nombril ? «  questionne Jacques Dutronc dans sa célèbre chanson.

Mais la vraie question qu’on peut se poser, c’est : Adam avait-il des tétons ?

Les différentes représentations, tableaux, peintures, qui figurent le premier homme, le montrent muni de deux tétons, comme vous et moi.

Mais pourquoi donc ?

Le Créateur avait-il un dessein [1] en munissant l’homme de deux petits cercles de peau plus pigmentés au niveau du croisement du cinquième espace intercostal avec la ligne médio-claviculaire ? [2].

Vous allez voir que cette question de comptoir amène à plus de réflexion philosophique que prévu, et que tenter d’y répondre vient percuter de différentes manières nos représentations du masculin et du féminin.

Vous l’aurez constaté : la Nature est bien faite, et chaque organe du corps a une fonction, aucun gramme de chair n’est perdu.

Un exemple au hasard [3] : les seins des femmes. On pourrait se dire que le développement de la poitrine chez les femmes à la puberté est, bien que fort esthétique, pas vraiment utile hors du besoin potentiel d’allaiter. Que nenni !

L’observation des différents singes et autres mammifères montre qu’un volume mammaire bien plus réduit suffit à assurer la nourriture des petits. Certes. Mais c’est oublier que la plupart des mammifères en question sont quadrupèdes, et que cette position permet très facilement aux mâles en période de rut de distinguer les femelles pubères du reste du troupeau.

Chez l’homme, la position bipède et les coupes de cheveux de plus en plus diversifiées peuvent vous mettre le doute. L’ombre du sillon mammaire, mis en relief par une poitrine joliment arrondie devient donc un signal d’appel évident, qui se fait miroir à celui que pouvaient recevoir nos ancêtres quadrupèdes.

Exemple de signal d’appel. Bon, maintenant vous pouvez revenir au texte.

Si la lecture de ce premier paragraphe vous a intéressé je vous recommande de vous procurer le livre Le singe nu, de Desmond Morris, qui porte un regard de zoologue sur l’être humain. C’est très instructif et très drôle en même temps.

Portons maintenant le même regard sur les seins des hommes.

Ici, pas de fonction signal, encore moins de canaux lactifères. Vous observerez néanmoins que vos tétons sont érectiles et bourrés de terminaisons nerveuses.

Ce sont des zones érogènes qui n’ont d’autre but que le pur plaisir sensuel et érotique.

Et il serait dommage de s’en priver.

J’ai lu quelques livres qui suggéraient la stimulation des tétons pour modifier le rapport au plaisir et à l’orgasme, dans le but entre autres de permettre à l’homme de contrôler son éjaculation et son énergie sexuelle. Je reviendrai plus tard à cette notion de plaisir sans éjaculation, qui est fondamentale dans ce que je vais vous présenter au fil du blog.

Vous allez maintenant pouvoir ranger vos cahiers, et attaquer les travaux pratiques,

Faire évoluer votre sexualité doit se faire en douceur, d’autant plus si comme moi vous avez connu une vie intime très centrée sur votre pénis. Et la découverte de vos seins me semble la manière la plus douce d’amener votre attention sur quelque chose d’autre.

Je vais vous guider dans un exercice tout cool qui ne devrait pas vous être désagréable, et vous révéler, après quelques techniques d’entrée en matière, le premier et le deuxième effet kiss cool.

Premier exercice : découverte de la stimulation des seins

Créez l’ambiance

Prenez un moment pour vous, dans un contexte favorable, où vous êtes détendu et curieux à la fois. Accordez-vous à minima une bonne demi-heure où vous ne serez pas dérangé, et créez un contexte de détente dans un lieu qui vous plaît : votre lit, votre canapé, votre salle de bains … Créez une atmosphère cocoon avec par exemple une lumière douce, de la musique ou de bonnes odeurs si cela vous inspire.

Munissez-vous d’une huile de massage (si vous n’avez pas d’huile de massage spécifique, de nombreuses huiles alimentaires vont très bien, comme l’huile de lin ou l’huile de coco).

Si vous avez déjà du désir, tant mieux, sinon vous pouvez le faire venir par quelques pensées érotiques, éventuellement un peu d’images ou sons qui peuvent vous mettre en jambe (sans chercher forcément à arriver en érection), en tout cas je vous recommande de vous concentrer sur votre toucher pendant l’exercice, donc évitez de le faire devant des vidéos par exemple.

Quand on parle de stimulation des mamelons, on a souvent en tête des caresses circulaires, puis des pincements et torsions entre pouce et index, à la manière des films érotiques des années 80,

C’est un peu simplet, et d’autant plus que, contrairement à votre sexe, qui est programmé pour éjaculer avec un mouvement simple de va-et-vient (tout simplement parce qu’on fonctionne sur le même principe que de nombreux animaux qui n’ont pas la possibilité de s’offrir des stimuli plus élaborés), vous avez ici des zones érogènes très réceptives, et absolument vierges de tout conditionnement au plaisir.

Vous pouvez être créatif dans les caresses.

Je vais vous partager quelques mouvements qui peuvent être plaisants. Je ne suis pas exhaustif bien entendu, et c’est à vous de trouver votre propre chemin. Mais mon but est de vous montrer que les manières de vous faire du bien sont nombreuses :

  • En préliminaire, massez-vous le ventre (avec un peu de respiration abdominale) et la poitrine au sens large, pour amener de la détente dans tout votre buste.
  • Vous pouvez effectuer les premières caresses amples à travers une épaisseur de tissu, ce qui apporte une sensation plus douce et glissante. Travaillez avec l’intégralité de vos mains, mais aussi avec la main ouverte, et uniquement l’extrêmité de vos doigts qui caresse
  • Si vous avez envie, vous pouvez vous dénuder et commencer à vous masser avec de l’huile
  • Essayez les larges cercles avec la paume de la main, particulièrement la partie bosselée qui est à la base des doigts
  • Vous pouvez masser vos aréoles avec des mouvements circulaires du bout de vos index et majeurs (essayez de faire le contact avec un, deux ou trois doigts). Décalez les mouvements de vos deux mains
  • Essayez aussi les mouvements en long avec toute la longueur de votre doigt, de gauche à droite ou de haut en bas
  • Alternez les positions : main gauche sur sein gauche, et main droite sur sein droit, ou croisez les bras
  • Laissez libre cours à votre imagination, étendez votre caresse à d’autres zones érogènes de votre corps. J’en parlerai plus tard mais pour l’instant suivez vos envies
  • Vous allez sentir poindre en vous de l’excitation et du plaisir, si l’excitation est trop grande et que votre souffle s’accélère, prenez des respirations plus amples, tout en continuant les caresses. Ceci vous permettra de gérer plus de plaisir, et la concentration sur votre souffle libérera vos mains, pour que la danse de vos mains devienne plus intuitive
  • Après avoir bien exploré les caresses, vous pouvez commencer à voir si vous aimez les pincements
  • Pincez doucement par des petits « serrer-lâcher », voyez si vous êtes à l’aise, vous pouvez aussi tirer délicatement le mamelon d’un côté ou de l’autre, restez toujours très à l’écoute de vos sensations pour ne pas vous faire mal
  • Notez que pour les pincements, la présence d’une surépaisseur de tissu permet de nuancer le contact, et rend la préhension plus facile
  • Vous pouvez revenir à votre sexe en fin de séance, tout seul ou en combinaison avec les mouvements cités plus haut – rien n’est obligatoire évidemment, mais si vous êtes tendu à bloc, pas la peine de vous faire du mal
  • Si votre sensibilité augmente peu à peu, allez vers des caresses très très lentes sur l’ensemble de votre corps, en effleurant de temps en temps vos zones érogènes… sensations fortes garanties !

Quelques règles d’or

  • Prenez le temps d’explorer les mouvements pour voir s’ils vous plaisent . Si vous n’avez pas de réaction immédiate, donnez-vous du temps : c’est tout nouveau pour votre corps et votre cerveau
  • Ne vous faites pas mal, si les sensations deviennent douloureuses, arrêtez doucement la stimulation, passez à une autre partie du corps
  • Restez très à l’écoute des vos ressentis, ne laissez pas votre mental s’évader
  • Abordez l’exercice avec douceur et respect pour vous-même, sans aucun préjugé. La découverte de vos seins vient déjà bousculer le tabou qui associe cette zone du corps au féminin uniquement.

Le premier effet kiss-cool

Si votre session a été agréable, il est possible que vous ayez ressenti, sans descendre vos mains, des sensations dans votre bas-ventre. Ce peut-être des fourmillements, de la chaleur, un pétillement semblable à l’afflux de sang lors de l’érection, une envie d’éjaculer…

Si c’est le cas, vous venez de faire connaissance avec votre prostate, sans l’avoir stimulée directement. Il y a une connexion entre les deux zones, de la même manière que pour une femme, les seins ont une connexion avec le clitoris. Félicitations !

Si vous n’avez rien senti, prenez votre temps, il faut quelques sessions pour que vous apprivoisiez le plaisir. Et votre propre réceptivité et sensualité va évoluer au fil du temps, ce qui vous amènera à un moment à ne plus aimer certaines caresses que vous aimiez au début, et à en découvrir d’autres.

Le deuxième effet kiss-cool

Là je vous révèle un petit secret : vous avez deux tétons. Et si vous caresses initiales sont symétriques, vous pouvez aussi introduire de l’asymétrie dans les mouvements. Ça vous demandera un peu d’efforts de coordination, comme quand on se tape la tête avec une main tout en faisant des ronds sur le ventre avec l’autre.

Mais le jeu en vaut la chandelle, et faire des mouvements distincts, outre le fait que ça les rend plus intuitifs, va probablement vous procurer un émoi beaucoup plus fort qu’avec des gestes en symétrie.

Conclusion

Vous avez abordé un moment de sexualité solitaire un peu différemment aujourd’hui, avec plus de douceur et d’écoute de vos sensations. Je vous recommande d’ouvrir régulièrement des espaces de découverte où vous allez explorer votre corps et votre plaisir. Prenez aussi des notes, sur un carnet personnel par exemple, pour garder trace de ce que vous vivez, surtout si c’est bon, car vous pouvez avoir quelques barrières mentales encore inconnues qui vont faire blocage au souvenir du plaisir, et ne pas vous donner envie d’y retourner. Soyez rassuré, c’est parfaitement normal, et la poursuite de la pratique fera tout doucement tomber ces tabous et restrictions qui n’ont pas lieu d’être. Votre corps sait parfaitement où il peut aller et vous ne risquez rien à l’écouter.

Est-ce que cet article vous a donné envie d’explorer cette partie de votre corps ? La connaissiez-vous déjà ?

Après la séance, comment vous êtes-vous senti ? Est-ce que le plaisir est là ? Se diffuse-t-il étonnamment à d’autres zones de votre corps ?

Je serai ravi de lire vos retours, dans les commentaires ou via le formulaire de contact si vous souhaitez que cela reste privé

Belle expérimentation à vous !


Notes:

[1] Merci à vous qui êtes en train de vous tordre de rire devant ce fabuleux premier jeu de mots de mon blog

[2] Merci Wikipédia

[3] Bon, d’accord, pas vraiment au hasard…

3 réponses sur “Pourquoi les hommes ont-ils des tétons? Théorie et pratique”

  1. Bonjour Benny,
    Et tout d’abord merci pour cette page, qui correspond tout-à-fait à mon développement et mes aspirations du moment !
    J’ai fait l’exercice, et ce fut plutôt positif. Pour me situer, je dois dire que j’ai pratiqué le yoga l’année dernière, et que cela m’a donné des clés pour « sortir de mon mental », être présent à moi-même.
    Je ne sais pas si j’ai ressenti du plaisir prostatique ou pas, par contre, une réceptivité des mamelons qui pointaient un peu, de façon similaire à ceux d’une femme sous les caresses. En ce qui concerne l’excitation au niveau du sexe, c’est variable, un peu comme au cours d’un massage tantrique (pratiqué à plusieurs reprises); par contre, il y a clairement eu une excitation au niveau d’une grande partie du corps, qui fait que, notamment, les jambes ont un besoin irrépressible de bouger.
    Et à la fin, après être revenu au niveau du sexe jusqu’à l’orgasme, clairement une impression de joie, de soulagement positif, comme après avoir fait l’amour avec une femme. NB en référence à ce qui est dit plus haut, je n’en étais pas tout-à-fait à mon ‘coup d’essai’, j’avais déjà réuni respiration du yoga et masturbation lente, mais le fait de se consacrer davantage aux tétons a apporté une belle variation 🙂 A refaire !

    1. Bonjour Olivier
      Je suis ravi que mon article t’ait inspiré! Le potentiel erotique de cette partie du corps est trop injustement méconnu. As-tu poursuivi tes explorations ? Belles découvertes à toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *