Hypnose érotique, partie 2 : allons un peu plus loin

Niveau : intermédiaire
Temps de lecture : 6′
Bande-son recommandée : London Grammar – Flickers

Après avoir écrit mon premier article sur l’hypnose, j’en ai parlé avec l’excellent Adam, du site NouveauxPlaisirs, et Adam m’a recommandé de jeter un œil au travail de Shibby, une hypnotiseuse américaine. J’ai été tellement emballé que je ne résiste pas plus longtemps à l’envie de vous en parler.

Par rapport à ce que je vous ai présenté, on passe clairement à la vitesse supérieure. Le champ des possibles est très vaste, et les outils et techniques bien plus diversifiés. Je vais vous donner quelques repères pour vous orienter dans cet univers de plaisirs très cérébraux. Suivez-moi dans le terrier du lapin blanc !

C’est parti !

Ouvrons la boîte de Pandore

Shibby et ses comparses (que je n’ai pas encore testés) proposent des fichiers audio, que l’on peut écouter en ligne sur la plateforme Soundgasm, qui est gratuite et sans inscription. Je vous donnerai à la fin de l’article une astuce pour écouter les fichiers hors ligne. Par ailleurs Shibby n’a pas de site web et annonce ses contenus via la plateforme Reddit, elle aussi gratuite (mais avec inscription).

Très concrètement, il suffit donc d’aller sur Reddit, de vous repérer parmi la multitude de fichiers disponibles, que vous écouterez en ligne via la plateforme Soundgasm. Une fois que vous avez fait votre choix, installez-vous tranquillement avec votre casque sur les oreilles, prenez une heure de liberté et écoutez.

Hors du temps et de l’espace…

Tout cela est en anglais, et demande donc une maîtrise correcte de l’anglais parlé, et quelques points de repère.

Points de repères

Le vocabulaire utilisé est assez impressionnant au premier abord, alors voici les quelques tags à connaître. Si d’autres mots vous manquent, allez sur UrbanDictionary, un site très complet pour avoir le sens des mots qu’on ne trouve pas vraiment dans les dictionnaires habituels(expressions populaires, argotiques et sexuelles évidemment).

En préfixe des fichiers on trouvera souvent [F4M], [F4A] … la première lettre définit le genre de l’hypnotiseur, la dernière celle du public cible [F : femmes,M : hommes, A : tous].

La plupart des fichiers sont classés [HFO], c’est-à-dire Hands Free Orgasm, autrement dit vous n’avez rien d’autre à faire qu’écouter et laisser le plaisir venir… Les orgasmes hypnotiques s’accompagnent souvent de réactions physiques mais pas forcément d’éjaculation.

Certains autres fichiers sont classés [JOI], dans ce cas vous allez vous masturber en suivant les instructions (Jerk Off Instructions) du fichier audio.

Vous trouverez souvent [Fdom], car il y a fréquemment un peu de domination de la part de l’hypnotiseuse, ne serait-ce que dans la mesure où on est passif dans l’hypnose.

Pour le reste, c’est aussi vaste que les tags des vidéos pornographiques, avec une pléthore de choix dans les fantasmes, les actes, les scenarii…

Les quatre grands effets

Les plaisirs offerts par l’hypnose sont très diversifiés :

Le premier effet, qui est une condition nécessaire à tous les autres, est une forme de détente et de lâcher-prise, qui en soi est déjà très agréable. La plupart des fichiers commencent par un temps de plongée qui permet peu à peu de faire le vide dans sa tête et de laisser la voix envahir votre paysage mental. Certains fichiers jouent sur des cycles plongée /réveil, le plaisir vient donc principalement de ce changement d’état de conscience.

Descendre, une marche après l’autre, toujours plus profondément…

Ensuite, on a la création de plaisir par les mots clés (triggers) ou les sons (claquement de doigts par exemple). Vous allez ressentir une onde de plaisir déclenchée par un mot ou un son, et évidemment l’hypnotiseur va pouvoir en jouer pour vous faire languir, ou au contraire vous noyer sous les sensations. C’est clairement un des aspects que je préfère, parce que, une fois le mot clé annoncé, l’attente fait monter le désir de plus en plus, et les vagues de plaisir peuvent arriver de manière très surprenante, parfois très espacées et parfois très rapprochées.

Il y a aussi le scenario proprement dit. S’il n y avait pas les deux premiers effets, on serait presque dans du téléphone rose, avec un scénario érotique qui se déroule dans votre imaginaire au fil de l’histoire qu’on vous conte. Ici, les histoires relèvent de la pure fantaisie, et si certaines relèvent de rapports classiques homme-femme, d’autres vont explorer les limites de l’imagination (métamorphose, changement de genre, sexe avec des créatures fantastiques…)

Dernier point : les instructions. Dans certains cas, vous allez recevoir des instructions pour vous donner du plaisir, avec forcément beaucoup de techniques pour faire monter le désir tout en le frustrant un peu, en vous gardant au bord de l’orgasme.

Alors, qu’est-ce qu’on ressent ?

La première chose, c’est une détente profonde, la plongée dans un univers hors du temps, qui fait du bien, et qui permet de mettre le mental en veille. C’est presque une forme de méditation, et pour un grand stressé comme moi, c’est une pratique vraiment bénéfique. Comme si je disposais d’un espace intime et douillet que je peux ouvrir à volonté.

Un endroit caché de tous…

Je parle de pratique, car on ne consomme pas un fichier d’hypnose comme une vidéo porno. L’hypnose demande un peu de travail sur le long terme, au sens où certaines sessions visent à créer des déclencheurs de plaisir, qui sont réutilisés dans d’autres sessions. Et de manière générale, quand je commence une session, je vais la suivre jusqu’au bout en suivant le fil du temps, sans mettre en pause, ou zapper des passages. Ma capacité de plaisir se construit peu à peu à force de pratique, et une familiarité, presque une forme de relation, apparaît avec l’hypnotiseur.

La confiance est primordiale pour que l’hypnose fonctionne, et après quelques écoutes précautionneuses,j’ai pu constater que de toute façon, malgré un plongée profonde,je suis capable de revenir rapidement à un niveau conscient si quelque chose ne me convient pas ou me fait sortir de l’histoire. Idem si je suis dérangé ou interrompu, je n’ai pas de difficulté à revenir en présence, même si ce n’est pas forcément très agréable.

Ce qui rend les choses géniales, c’est le plaisir de s’en remettre à quelqu’un de manière aussi entière. C’est un état d’esprit assez nouveau pour moi car, comme beaucoup d’hommes, j’ai une posture plutôt active dans ma sexualité. Pour comparer, je dirais que ça ressemble à un massage où je me détends, je me laisse faire, je savoure le ressenti… avec en plus le fait que le mental est lui aussi à 100% dans ce vécu de détente et de plaisir. Shibby est d’ailleurs masseuse de profession et glisse souvent des clins d’œil à son métier dans la vraie vie.

Elle n’hésite pas d’ailleurs à mettre une coloration affective dans certains fichiers, qui peut aller de relations très hard et asymétriques, avec de la domination, du déni d’orgasme etc… à des relations beaucoup plus « vanille »où l’on peut trouver affection, tendresse, réconfort… parfois même sans sexe.

Mais on est quand même dans une pratique majoritairement sexuelle, qui ouvre évidemment la possibilité d’aller jouer, dans un contexte sécurisé, avec des fantasmes qui peuvent sortir très franchement de ma zone de confort. Les ressentis physiques sont complètement nuancés par l’optique du plaisir, et donc forcément plaisants – ce qui ne serait pas forcément le cas dans le monde réel avec un(e) vrai(e) partenaire.

Concrètement, si l’hypnose vous fait associer une vague de plaisir au bruit d’une fessée, ce n’est pas pour autant que vous allez aimer cette pratique dans le monde réel. L’hypnose donc permet d’aller plus loin que la simple imagination tout en restant dans un cadre un peu rose et sécurisant.

Et le plaisir, dans tout ça ?

Le plaisir est là, c’est une évidence.Sinon je ne serais pas en train de vous pondre un article. Il n’est néanmoins pas facile du tout à décrire.

Il y a des manifestations physiques de l’énergie sexuelle, mais elles peuvent aller et venir indépendamment de ce qui se passe dans le monde du rêve.

J’ai déjà vécu des petits sursauts de surprise, senti mon cœur battre plus vite et l’excitation sexuelle apparaître. Certains pratiquants expérimentés sont allés jusqu’à des orgasmes physiques. Pour ma part, la plupart du plaisir se joue entre mes deux oreilles.

Et ce n’est déjà pas si mal.

L’hypnose, un monde idéal ?

Pouvoir choisir dans une vaste de palettes de fantasmes, et les « vivre » dans une forme de rêverie dirigée, agréable et relaxante, sans contrainte, juste avec un casque sur les oreilles… Voilà qui a de quoi faire rêver,non ?

Mais ce plaisir est exigeant.

Une session demande d’être dans le bon état d’esprit, c’est-à-dire pas trop stressé, mais suffisamment éveillé pour ne pas s’endormir au bout de dix minutes… et tenir dans cet état une petite heure. Il y a aussi un travail de fond pour s’habituer, implanter peu à peu les mots et sons-clés pour démultiplier le plaisir. Ce n’est donc pas une pratique à prendre en dilettante.

Mais le résultat vaut largement l’énergie investie. On crée un petit monde à part, complètement dissocié du reste de notre sexualité, et qui peut être vraiment très libre. Une bulle de fraîcheur qu’on peut refermer simplement et qui n’interfère pas avec le reste de notre vie.

Je vous invite à essayer, en commençant par la page wiki de Shibby, et la première série, qui implante quelques mots clés qui vous donneront le sourire (et peut-être plus…)

Si vous voulez télécharger les fichiers, passez par l’excellente plateforme disponible ici.

Donnez-vous le temps d’essayer les fichiers de base avant d’aller explorer l’énorme palette de ce qui est proposé, vous verrez qu’il y a déjà de quoi faire.

A vous de jouer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *